BREAKING NEWS /// Salariés au chômage partiel : l’État peut financer jusqu’à 100 % les coûts de la formation en ligne !

Ces derniers mois, on entend beaucoup parler de l’entreprise libérée. La crise a, en effet, bouleversé le fonctionnement interne des entreprises traditionnelles, révélant de nombreux dysfonctionnements. Une étude, menée par la chaire management et santé au travail de l’IAE de Grenoble, pendant le confinement, a mis en lumière des problèmes de management au sein des organisations. Du côté des salariés français, c’est également le désengagement depuis quelques années, en particulier (sondage de l’organisation américaine Gallup, en 2013). Il n’est donc pas étonnant que le concept d’entreprise libérée séduise. Pourtant, si la flexibilité de ce type de fonctionnement est un atout en temps de crise, ses particularités peuvent également la fragiliser. Dès lors, un accompagnement spécifique de chacun des collaborateurs est primordial.

Pourquoi l’entreprise libérée a-t-elle le vent en poupe ?

Cette crise, occasionnée par la pandémie de Covid-19, a remis le concept d’entreprise libérée sur le devant de la scène. De fait, les entreprises ayant franchi le pas, se sont très souvent senties mieux armées pour faire face à la situation.

Qu’est-ce que l’entreprise libérée ?

L’entreprise libérée, vous en avez sans doute entendu parler récemment, notamment à l’occasion de la sortie de l’ouvrage de Jean-François Zobrist, L’Entreprise Libérée, par le petit patron naïf et paresseux. Il s’agit, ici, d’un retour d’expérience sur un nouveau mode de management. L’ouvrage va même plus loin, comparant l’approche de l’entreprise libérée à la réaction mondiale face à la crise actuelle.

Le concept n’est pourtant pas récent puisqu’il est apparu en 1988 aux États-Unis, avant d’être popularisé en France en 2012 par Liberté & Cie d’Isaac Getz.

Cette philosophie, qui provoque fascination ou rejet chez les dirigeants, trouve tout d’abord son sens dans l’absence de hiérarchie. Dès lors, le pouvoir est donné aux salariés qui sont alors décisionnaires et responsables du bon fonctionnement de l’organisation. Ce sont alors eux qui définissent leur propre gouvernance, celle-ci pouvant être amenée à évoluer en fonction du contexte et des besoins. L’agilité est donc plus que jamais plébiscitée dans ce type d’entreprise. Aussi, une importance toute particulière est accordée au bien-être au travail avec, à la clé, des horaires adaptables, un recours au télétravail régulier, la définition commune ou individuelle des salaires… Une autonomie qui a de quoi plaire ! Néanmoins, ce qu’on appelle aussi l’holacratie, n’implique pas une absence complète de management.

Entreprise libérée : un management différent

Dans une entreprise libérée, on parle bien souvent de management transversal. Finie la pyramide hiérarchique traditionnelle, place à l’intelligence collective ! Certes, au début de l’aventure, il y a bien souvent un ou plusieurs dirigeants. Mais ces derniers décident de remettre le pouvoir entre les mains des salariés : leur accordant ainsi confiance et autonomie. On pourrait, dès lors, parler d’un formidable levier de motivation favorisant l’engagement des collaborateurs et, finalement, la résilience et la compétitivité de l’entreprise. Quoiqu’il en soit, le sujet ne laisse pas indifférent, en particulier depuis l’apparition de la Covid-19. Et pour cause : la crise a mis en évidence de réels problèmes en interne.

Ainsi, Emmanuel Abord de Chatillon, directeur de la chaire et coordonnateur de l’enquête « Quelles conditions de travail et d’exercice du management en télétravail confiné ? », affirme : « Plusieurs enquêtes ont d’ores et déjà pointé du doigt l’absence du manager dans le travail quotidien des collaborateurs. Mais la crise sanitaire a rendu cette réalité plus visible alors qu’il était plus facile de l’occulter dans un cadre de travail en présentiel ».

Pour Jean-François Zobrist, l’entreprise libérée « doit révolutionner le management des chefs d’entreprise… pour s’adapter au jour le jour au gré des circonstances par des actions intuitives certes imparfaites, à efficacité partielle mais immédiate ». De fait, certaines entreprises libérées ont bien souvent su s’adapter, au moment de la crise.

Entreprises libérées : agilité en temps de crise

Lorsque le 16 mars, le gouvernement annonçait le confinement en France, la plupart des entreprises se sont retrouvées démunies. C’est pourquoi les décisions prises dans l’urgence, à cette période, sont, aujourd’hui, remises en question. L’exemple le plus flagrant est, bien entendu celui du télétravail. Pourtant, la question ne s’est pas posée pour les entreprises libérées. En effet, ces dernières pratiquent le télétravail depuis de longues années, mettant en avant ses vertus en matière de bien-être au travail et de performance. Déjà dotées d’outils adaptés à sa mise en application, le confinement n’a pas bouleversé les habitudes des équipes. En matière de management, les choses se sont également poursuivies de la même manière montrant, une nouvelle fois, l’intérêt du modèle.

Et les enfants à la maison pendant le confinement ? Là encore, la flexibilité a permis une rapide prise en compte des problématiques de chacun. En effet, l’humain étant au cœur du modèle, l’écoute et la transparence sont toujours de rigueur. Ainsi, dès le début de la crise, les salariés ont été au même niveau d’information, tant sur les finances que sur les éventuels licenciements à venir. Un climat de confiance qui, finalement, invite à la cohésion et à un investissement plus fort pour que l’entreprise puisse garder le cap. Certains dirigeants ont alors vu leurs salariés redoubler de créativité. Pourtant, malgré des conditions optimales pour affronter la crise, l’entreprise libérée a, elle aussi, montré ses limites.

Les inconvénients du travail en entreprise libérée

Certes, l’entreprise libérée a de quoi séduire. Pourtant, avec la crise, son modèle, très fluctuant, a mis à rude épreuve certains collaborateurs. Ainsi, si la flexibilité a des avantages, elle a aussi des inconvénients.

Les limites du télétravail en entreprise libéré

Finalement, le télétravail, comme dans toute entreprise, a connu ses limites durant le confinement. Habitués à travailler à distance lorsqu’ils le souhaitaient, ou à rester au bureau selon leurs envies, les collaborateurs n’ont plus eu le choix. Comme dans une entreprise traditionnelle, les effets psychologiques se sont alors fait sentir. Ainsi, l’article de Welcome to the Jungle met en avant des témoignages de salariés pour lesquels la situation a été ressentie comme « violente ». Dès lors, les maux exprimés semblent bien similaires à ceux des entreprises traditionnelles : sentiment d’isolement, inquiétude, manque de contacts extérieurs, mais aussi stress technologique. Car si les outils sont là, ils sont parfois très (ou trop) nombreux. C’est aussi le cas pour les réunions qui, très souvent, peuvent faire perdre en efficacité et favoriser la désorganisation.

S’il existe des solutions pour apprendre à travailler à distance, ou encore à mieux s’organiser, il sera essentiel de travailler sur la gestion du stress et de ses émotions. Dans ce sens, nous proposons également des formations intitulées Mieux Gérer les émotions, le stress et les conflits. L’objectif est de maîtriser l’art subtil de la médiation afin de faire passer son message efficacement, manager ses équipes, ou encore de prévenir et gérer les confrontations directes.

Le stress risque, en effet, d’apparaître plus rapidement en entreprise libérée, le salarié se retrouvant, parfois, dépourvu face au poids des responsabilités.

Stress des responsabilités en entreprise libérée

Une nouvelle fois, ce qui fait le principal atout de l’entreprise libérée peut rapidement devenir une faiblesse en temps de crise. Nous parlons, bien entendu, de son extrême résilience. Le modèle n’étant pas figé, il varie continuellement. Dans les circonstances actuelles, chaque collaborateur a donc dû s’adapter à un nouveau contexte, réaliser ses objectifs pour améliorer la productivité de l’entreprise, gérer ses différents rôles transversaux… À cela, s’est ajoutée la nécessité d’être plus que jamais innovant. De nombreuses responsabilités et un investissement beaucoup plus important qui ont pu générer stress et inquiétudes.

En effet, nous parlions plus tôt des avantages de la transparence en temps de crise. La limite réside dans la difficulté de rassurer le collaborateur, si l’entreprise est en réelle difficulté. Placé face à la réalité, ce dernier va alors partager les inquiétudes du dirigeant. Le risque ? Un surinvestissement pouvant mener au surmenage. Il va donc être plus que jamais essentiel de s’écouter et de comprendre ses mécanismes pour mieux gérer les responsabilités qu’implique l’entreprise libérée. Le module Développer son intelligence émotionnelle peut, alors, être intéressant pour apprendre à se connaître et développer sa communication interpersonnelle.

Effectivement, la gestion personnelle et professionnelle va être essentielle pour une bonne gestion de la crise.

Gestion de crise en entreprise libérée

Qui dit crise dit, bien entendu, gestion de crise. De fait, dans une organisation horizontale, les décisions sont prises de façon collégiale. Le process peut, dès lors, s’avérer plus long, générer de la frustration et un manque d’efficacité. Aussi, il nécessite la bonne compréhension de chaque collaborateur, puis son adhésion à un choix parfois difficile. Si cela ne pose pas de problème en temps normal, comment faire quand on est dans l’urgence ? Comment agir vite et bien, sans perdre en productivité ? Afin de faire face à la situation, certains dirigeants n’ont pas hésité à reprendre les rênes, un court moment.

À partir de là, peut-on parler de retour en arrière ou de déficience du modèle ? Selon les témoignages de salariés, il s’agissait avant tout de mesures d’urgence. Certains l’ont même considéré comme un soutien salutaire. Nous revenons ainsi sur le poids des responsabilités en entreprise, certains collaborateurs parlant de « soulagement » face à l’intervention du dirigeant.

Travailler en entreprise libérée n’est donc pas inné et doit être bien accompagné pour être bien vécu.

La formation pour mieux vivre l’entreprise libérée

Les problématiques rencontrées par les salariés de l’entreprise libérée sont bien spécifiques et inhérentes à son fonctionnement. C’est pourquoi, la formation apparaît comme une réponse, en particulier en temps de crise.

Apprendre à mieux collaborer

La question de l’efficacité professionnelle apparaît comme une réelle problématique dans l’entreprise libérée. De fait, il est attendu des collaborateurs qu’ils soient autonomes et responsables. Or, tout le monde ne dispose pas des qualités nécessaires à ces prérequis. Ainsi, ils vont devoir développer leurs compétences, leur sens du relationnel et des capacités à interagir de façon transverse. Afin d’éviter la surcharge, il sera donc primordial de savoir gérer ses priorités, de s’organiser personnellement et de bien se connaître. Ce dernier point est essentiel dans le cadre d’un travail collaboratif permanent. L’objectif étant de savoir poser ses limites et de s’affirmer au quotidien pour trouver sa place dans l’entreprise et incarner son rôle en toute légitimité.

C’est la raison pour laquelle, nous avons élaboré un cycle professionnel intitulé Organisation et Gestion du temps : optimiser son efficacité professionnelle. Son objectif : mieux gérer votre temps, gérer les urgences et imprévus avec efficacité, mais aussi collaborer de façon optimale avec vos équipes. Néanmoins, le rôle du management va, là encore, être primordial.

Manager en transversal en entreprise libérée

Manager en entreprise libérée ne s’improvise pas. En effet, cela nécessite de casser les codes établis dans l’entreprise traditionnelle pour innover et coopérer de façon horizontale. Ici aussi, les compétences relationnelles vont être essentielles. La formation Management transversal va permettre de s’inscrire dans un fonctionnement non-hiérarchique. De plus, avec le développement du télétravail, l’exercice de ses fonctions va bien souvent se faire de chez soi. Dès lors, comment faire et surtout, comment conserver la notion de confiance, quand on ne se voit pratiquement jamais ? C’est pourquoi le module Manager à distance a été pensé pour favoriser la cohésion d’équipe en non-présentiel.

Enfin, parce que le manager en entreprise libérée se doit d’être encore plus innovant, nous vous proposons de vous apporter la boite à outils du manager de demain avec Nouvelles tendances du management.

Accompagner l’humain vers plus de créativité en entreprise

Finalement, entreprise libérée et innovation sont étroitement liées. Leur force ne serait-elle donc pas la créativité ? De fait, l’holacratie offre un formidable exemple en termes de collaboration. Une source d’inspiration pour les entreprises qui, sans aller jusqu’à la conversion, peuvent puiser dans sa philosophie pour bien vivre cette crise. La première chose à considérer semble être : remettre l’humain au cœur de sa stratégie interne, en évitant les écueils du modèle. La formation et le l’accompagnement seront ensuite les clés pour permettre aux collaborateurs d’exprimer librement leur potentiel créatif.

CATALOGUE 2020

200 FORMATIONS EN LIGNE POUR SE PRÉPARER AU MONDE DE DEMAIN

En cliquant ci-dessus sur "Télécharger", vous acceptez nos conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés
Efficacité professionnelleManagement des Hommes

Quelle place pour les émotions au travail ?

Efficacité professionnelleFormationRH 2.0Stratégie d'entreprise

Management des RH : les nouveaux leviers pour fidéliser ses salariés

Efficacité professionnelleFormation

Syndrome de l'imposteur, bullshit jobs... Quand la crise nous pousse à nous réinventer

Le Management à L'ère du DigitalManagement des Hommes

Les nouveaux défis du manager