BREAKING NEWS /// Le FNE continue et finance jusqu’à 80% de votre formation ! 

Stratégie d'entreprise

Reconfinement : nos conseils pour maintenir votre entreprise à flot

reconfinement : nos conseils pour maintenir votre activité

Soyons honnêtes : le reconfinement est une mauvaise nouvelle pour de nombreuses entreprises. Surtout à l’approche des fêtes de Noël… Mais hors de question de baisser les bras pour autant ! Point sur les aides disponibles, conseils pour optimiser le télétravail, solutions pour maintenir votre activité : nous vous aidons à passer ce cap difficile !

Reconfinement : quelles sont les aides ?

Bonne nouvelle : l’Etat renforce son plan d’urgence économique pour soutenir les entreprises. Il prévoit même d’y consacrer près de 15 milliards d’euros par mois de confinement ! En tête des priorités du gouvernement ? Les TPE et PME, particulièrement touchées par la crise.

Des plafonds revus à la hausse pour le fond de solidarité

Sur les 15 milliards d’euros prévus par mois, 6 seront consacrés au fond de solidarité. Une belle somme, qui a permis d’augmenter le montant plafond de cette aide. Celui-ci peut désormais atteindre 10 000 € pour de nombreuses entreprises, contre 1500 € lors du premier confinement ! Parmi les entreprises concernées figurent :

  • toutes les entreprises de moins de 50 salariés, fermées administrativement ;
  • les entreprises restées ouvertes dans les secteurs les plus touchés par la crise (ex. : tourisme, hôtellerie, restauration, évènementiel) ET dont le chiffre d’affaires est en baisse de 50% ou plus par rapport à 2019.

En revanche, pour toutes les autres entreprises de moins de 50 salariés et présentant une baisse de chiffres d’affaires d’au moins 50%, le montant reste plafonné à 1500 €.

Les aides de l'Etat ont été optimisées pour faire face au second confinement.

Conseil : pour profiter de cette aide, n’oubliez pas de faire votre déclaration sur le site de la DGFiP (Direction Générale des Finances Publiques). Si votre département a aussi été touché par le couvre-feu en octobre, vous pourrez normalement remplir votre formulaire dès le 22 novembre.

Exonération de cotisations sociales et chômage partiel

Bonne nouvelle : les exonérations sont étendues à de nombreuses entreprises. Ainsi :

  • toutes les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement bénéficient désormais « d’une exonération totale de leurs cotisations sociales ». Cette mesure s’applique aussi aux indépendants ayant dû arrêter toute activité ;
  • les PME de l’événementiel, du tourisme de la culture et du sport encore ouvertes mais ayant perdu au moins 50 % de leur chiffre d’affaires bénéficient également d’une exonération totale.

L’Etat maintient également l’indemnisation du chômage partiel durant le reconfinement. Pour rappel, elle s’élève à 84% du salaire net (sans condition).

Pensez aussi aux prêts pour maintenir votre entreprise à flot

Concernant les prêts garantis par l’Etat, retenez surtout que :

  • votre entreprises peut désormais contracter un prêt jusqu’au 30 juin 2021 (au lieu du 31 décembre 2020) ;
  • l’amortissement de ce prêt peut être étalé sur 1 à 5 ans supplémentaires. Avec un taux préférentiel pour les PME, compris entre 1 et 2,5 % ;
  • au besoin, toutes les entreprises peuvent demander un nouveau différé d’un an. Ce qui permet de différer le remboursement du prêt de 2 ans au total. Bien entendu, cette demande de différé supplémentaire ne sera pas considérée comme un défaut de paiement !

De plus, l’Etat peut également vous accorder un prêt direct si vous ne trouvez aucune autre solution de financement. Sachant que ce prêt est plafonné à :

  • 10 000 € pour les entreprises de moins de 10 salariés ;
  • 50 000 € pour les entreprises de 10 à 49 salariés.

Pour les entreprises de 50 salariés et plus, l’Etat accorde plutôt des « avances remboursables plafonnées à 3 mois de chiffre d’affaires ».

Epargnez-vous quelques loyers pendant le reconfinement !

Votre entreprise est fermée administrativement et compte moins de 250 salariés ? Ou elle appartient au secteur de l’Hôtellerie, du Café, de la Restauration et de la Culture ? Dans un cas comme dans l’autre, nous vous invitons à discuter avec votre bailleur ! Informez-le qu’il peut bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des loyers abandonnés s’il accepte de renoncer à au moins 1 mois de loyer sur la période octobre, novembre et décembre 2020. C’est du gagnant-gagnant !

3 conseils pour bien aborder le télétravail durant le reconfinement

Tirez les leçons du premier confinement

Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a été très claire. Durant ce nouveau confinement, le télétravail n’est pas une option mais une obligation. Dès lors qu’il peut s’appliquer bien entendu, certains métiers nécessitant toujours une présence physique !

Si votre entreprise s’en est brillamment sortie durant le premier confinement, aucun souci. Dans le cas contraire, haut les cœurs ! Ne voyez pas cette nouvelle période de travail à distance comme une épreuve mais comme une belle occasion d’optimiser le fonctionnement de votre entreprise.

Le télétravail est toujours d'actualité durant le reconfinement.

Première chose à faire : comprendre pourquoi votre première expérience avec le télétravail s’est mal passée. Pour cela, nous vous conseillons de :

  • faire le point sur les difficultés que vous avez vous-même rencontrées ;
  • recueillir le ressenti de tous vos salariés. Ont-ils peiné à utiliser les outils en ligne ? A communiquer entre eux ? Se sont-ils sentis isolés ? Vos managers ont-ils eu du mal à entretenir la motivation de leur équipe ? Autant de points que vous pouvez optimiser pour faciliter le télétravail.

Utilisez les bons outils digitaux

Pour travailler efficacement en ligne, vous devez adopter les bons outils digitaux. Compte tenu de la situation, privilégiez les solutions les plus économiques et les plus rapides à maîtriser comme :

  • Slack, pour que tous les membres de l’équipe puissent discuter facilement en ligne dans un espace sécurisé. Très intuitif, cet outil présente aussi de nombreuses options intéressantes en fonction de la formule choisie (ex. : groupes d’utilisateurs personnalisés, canal de collaboration externe pour échanger avec des fournisseurs ou des partenaires). Cela étant dit, l’offre gratuite suffit souvent aux petites entreprises ;
  • Trello, pour organiser et gérer facilement vos projets d’entreprise. Là encore, l’offre gratuite suffit à de nombreuses entreprises ;
  • Skype pour vos réunions en ligne. Gros avantage : sa version gratuite étant largement utilisée pour les échanges privés, beaucoup de vos collaborateurs doivent déjà la maîtriser.

Entretenez la motivation et l’esprit d’équipe

Combattre la sensation d’isolement et la perte de motivation : c’est sans doute l’un des points les plus délicats quand on manque d’expérience dans le management à distance. Pourtant, il existe de nombreuses façons pour maintenir et créer du lien à l’heure du télétravail ! Nous vous conseillons notamment :

  • de faire des points réguliers avec vos collaborateurs pour vous assurer que leurs projets avancent bien et qu’ils n’ont pas besoin d’aide. SMS, visioconférence, mail, appel téléphonique, messagerie privée : ce ne sont pas les options qui manquent pour les contacter ;
  • d’organiser des moments de détente et d’échanges informels, comme au sein de votre entreprise. Profitez de Skype pour programmer des pauses-café virtuelles ou encore des séances de yoga collectives par exemple !

4 conseils pour continuer à vendre en dépit du reconfinement

Lancez-vous dans la vente en ligne

S’il y a bien un secteur qui se porte à merveille en période de confinement, c’est celui de l’e-commerce ! C’est donc le moment ou jamais de mettre en vente vos produits en ligne. A plus forte raison si vous avez été obligé de fermer vos points de vente physique.

Tout comme pour le premier confinement, on peut s'attendre à un essor du e-commerce durant le reconfinement.
Taux de pénétration du e-commerce en France suite au premier confinement.
Source : comarketing-news

Il serait d’autant plus dommage de vous en priver que de nombreuses plateformes spécialisées proposent la gratuité pour soutenir les TPE et PME françaises ! Parmi elles citons notamment :

  • WiziShop, qui vous permet de créer gratuitement votre boutique en ligne sans engagement pendant 3 mois ;
  • la marketplace Cdiscount, qui propose un abonnement gratuit et des commissions préférentielles jusqu’au 30 avril 2021. Pensez-y : même si les marketplace prélèvent des commissions, elles vous aident à gagner rapidement en visibilité.

En complément, vous pouvez aussi :

  • vendre directement sur les réseaux sociaux comme Facebook par exemple ;
  • accepter les ventes par téléphone ;
  • promouvoir vos produits sur le net grâce à différentes techniques de marketing digital comme des campagnes d’emailing par exemple.

« 32 % des TPE françaises ont leur propre site internet. C’est trop peu. La vente à emporter, les livraisons à domicile, qui restent autorisées pendant la période de confinement doivent se développer et se généraliser. Elles peuvent apporter du chiffre d’affaires aux entreprises
qui sont fermées administrativement. » Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, conférence de presse du 29 octobre 2020.

Proposez plusieurs solutions pour récupérer vos produits

Dans ce contexte de crise sanitaire, mieux vaut multiplier les options pour toucher le plus de clients possibles. Pour rappel, même si vous vendez des produits « non essentiels », vous avez le droit :

  • d’envoyer vos commandes par la Poste ou par un transporteur ;
  • d’assurer vous-même la livraison à domicile des commandes ;
  • de proposer des livraisons en point-relais dans une épicerie ou un bureau de tabac par exemple ;
  • d’instaurer un service de « Click & Collect ». Comprenez par là que vos clients passent commande en ligne puis viennent récupérer leurs achats à l’entrée de votre magasin.

Remarque : bien entendu, tout doit être fait dans le respect des règles sanitaires !

Communiquez largement sur les réseaux sociaux

Poursuivre votre activité durant le reconfinement, c’est bien. Mais encore faut-il que votre clientèle soit au courant ! Pour cela nous vous conseillons d’exploiter au maximum les réseaux sociaux : tout comme durant le premier confinement, leur fréquentation va sans doute « exploser » dans les prochaines semaines.

Le premier confinement avait déjà augmenter la fréquentation des réseaux sociaux : il devrait en être autant durant le reconfinement.
Source : rapport Digital 2020, « April global Statshot Report », Hootsuite et We Are Social

En pratique, pensez surtout à :

  • indiquer clairement comment vous joindre et comment commander vos produits (ex. : adresse de votre e-boutique, numéro de téléphone) ;
  • mettre en avant de belles photos de vos produits ;
  • informer vos clients sur les différentes options de livraison proposées ;
  • rassurez vos clients sur le respect des règles sanitaires durant toutes les étapes de préparation de leur commande.

En complément, affichez également des informations sur votre site internet et la vitrine de votre magasin.

Petits commerçants : rapprochez-vous aussi des supérettes et des grandes surfaces durant le reconfinement !

Le saviez-vous ? Depuis le début du reconfinement, plusieurs supérettes et grandes surfaces soutiennent activement les petits commerces fermés administrativement. Pour cela, ils leur font une place pour installer un stand !

Dans certains cas, les produits sont simplement exposés. Cela permet aux clients de jauger directement la qualité d’un vêtement ou d’un bijou par exemple, avant de le commander en ligne. Une bonne astuce pour déclencher des ventes !

Dans d’autres cas, les produits sont même directement vendus. Bien entendu, le magasin « hôte » ne prend alors aucune commission : tout est reversé au petit commerçant.

C’est toujours possible ?

Vous le savez sans doute : un nouveau décret oblige les grandes surfaces à fermer leurs rayons « non essentiels » depuis ce mercredi 5 novembre… Mais rassurez-vous : ce bel élan de solidarité ne s’est pas éteint pour autant !

En premier lieu, retenez que les supérettes disposant d’un espace de ventes inférieur à 400 m2 ne sont pas concernées par ce décret. Vous pouvez donc toujours y exposer et vendre vos produits sans problème, avec l’accord du propriétaire. Contactez celles de votre région !

Reste le cas des hypermarchés et autres grandes surfaces… A l’heure où nous écrivons ces lignes, de nombreuses enseignes continuent d’héberger les produits des petits commerçants. Plusieurs magasins, appartenant notamment au groupe Carrefour, ont aussi affiché clairement leur volonté d’ouvrir de nouveaux stands dans les prochains jours. Pour l’instant, le gouvernement n’a manifesté aucune opposition. Affaire à suivre mais il y a de grandes chances qu’il autorise cette pratique jusqu’à la fin du reconfinement. En effet, le décret n’existe que pour mettre fin à la concurrence déloyale entre les grandes surfaces et les petits commerces : un problème qui ne se pose pas du tout ici !

Pour aller plus loin : assurez le futur de votre entreprise

Nous vous avons donné des solutions d’urgence pour vous aider à maintenir votre entreprise à flot jusqu’à la fin du reconfinement. Mais si vous voulez vraiment assurer sa pérennité, vous devez voir plus loin !

Prévoyez l'avenir de votre entreprise dans une société de plus en plus digitalisée.
Source : Back to the Future

Entre le risque d’un troisième confinement et la digitalisation accélérée de la société, nous ne pouvons que vous conseiller d’asseoir votre présence sur internet pour continuer à prospérer. Pour cela, trois grandes solutions :

  • confier certaines tâches à des prestataires externes, qui peuvent prendre en charge vos campagnes de marketing digital par exemple ;
  • renforcer votre équipe en engageant un content manager ou encore un développeur web ;
  • acquérir de nouvelles compétences grâce à une formation, de préférence en ligne (formation e-learning) compte tenu du contexte sanitaire.

A terme, cette troisième option est sans doute la plus économique. D’autant plus qu’il existe de nombreuses solutions de financement, adaptées à chaque situation ! Certains de vos salariés sont en chômage partiel par exemple ? Dans ce cas, profitez du Fond National pour l’Emploi pour former vos salariés à l’art du management à distance ou de la communication digitale ! Concrètement, l’Etat peut assurer :

  • 70% des frais pédagogiques pour les formations de vos salariés en activité partielle ;
  • jusqu’à 80% des frais pédagogiques pour vos salariés en activité partielle de longue durée.

N’hésitez pas à contacter nos conseillers pour en savoir plus !

CATALOGUE DE FORMATIONS

200 FORMATIONS EN LIGNE POUR SE PRÉPARER AU MONDE DE DEMAIN

En cliquant ci-dessus sur "Télécharger", vous acceptez nos conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés
Social MediaStratégie d'entreprise

3 campagnes social media réussies durant le reconfinement

Social MediaWeb et e-business

Pinterest, un réseau social dans lequel investir pendant la crise sanitaire

Stratégie d'entrepriseWeb et e-business

Même confiné.e, ne ratez pas le Marketing Day 2020 !

Réseaux SociauxSocial Media

Comment intégrer TikTok à votre stratégie digitale ?