BREAKING NEWS /// Salariés au chômage partiel : l’État peut financer jusqu’à 100 % les coûts de la formation en ligne !
Articles Invités

Les 11 écueils à éviter dans la refonte d’un site web d’entreprise

La plupart des entreprises ont compris la nécessité de disposer d’un site Internet au service de leur stratégie digitale. Cependant, les technologies du Web évoluant à grande vitesse et pages Web vieillissent rapidement. Il devient essentiel de planifier des refontes régulières de cette vitrine au risque de renvoyer une image négative de votre société. Liste des erreurs à ne pas commettre…

1. Se limiter à une reprise de l’existant

La technologie Web évolue, les stratégies marketing aussi. Peut-être que depuis le lancement de votre site Internet, les orientations stratégiques de l’entreprise ont évolué. La refonte d’un site Web est l’occasion idéal de remettre à plat la cohérence de ses pages avec votre stratégie globale. Il ne s’agit pas de repartir totalement de zéro mais de construire en s’appuyant sur l’existant. Votre site internet devra refléter vos objectifs.

Cela passe par un audit pour déterminant ses forces et ses faiblesses en terme qualité du contenu, de référencement, de respect des normes de codage, d’ergonomie, de fluidité de navigation sur les différents supports (pc fixe, tablette, smartphone).

blog

2. Ne pas impliquer ses collaborateurs

La refonte d’un site Internet peut être l’occasion de mobiliser l’ensemble de vos collaborateurs autour d’un projet commun et motivant. Ils peuvent avoir des idées pour faire évoluer le site dans le bon sens car ils sont souvent en première ligne avec les clients.
Ils entendent donc les remontrances ou les compliments sur la société et son site.
Un brainstorming collectif fera émerger des idées (parfois insolites, parfois innovantes) et renforcera la cohésion du groupe.

3. Négliger la rédaction d’un cahier des charges

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément » disait Boileau.
La maxime n’a pas pris une ride ! Le développeur ne lit pas dans votre esprit. Il conviendra donc de lui livrer une synthèse précise de vos attentes en terme de fonctionnalités, de référencement ou de design.

Plus le listing de vos besoins sera détaillé et structuré, plus vous avez de chance qu’il réalise un outil en accord avec vos desidératas. Cela vous évitera également des dépassements d’honoraires en cas d’ajout de nouvelles fonctionnalités qui n’étaient pas prévues à l’origine.
Ne négligez pas non plus de mentionner de futures évolutions possibles !

4. Choisir le prestataire uniquement en fonction du prix

On trouve à peu près tous les tarifs sur le marché du Web et à peu près tous les niveaux de compétences possibles. Un auto-entrepreneur peut faire un très bon travail et une agence avec pignon sur rue peut vous négliger. Bref, il n’y a pas de vérité aboslue. Prenez le temps d’établir plusieurs devis en communiquant le document récapitulant vos besoins à 4 ou 5 prestataires différents. Une astuce pour vous orienter : un bon devis est souvent un devis bien détaillé reprenant les points que vous avez énoncés !

N’hésitez pas à passer quelques coups de fils aux clients indiqués dans les références sur les sites de vos prestataires afin d’en savoir plus sur la façon dont le projet a été géré avec le client : qualité du design, tenue des délais, efficacité du référencement et des problématiques de SEO, relationnel, etc.

5. Faire fi du Règlement Général sur la Protection des données (RGPD)

Le 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des données (RGPD) entre en vigueur. Certaines entreprises traitant de gros volumes de données personnelles vont être sérieusement impactées. Il convient donc de vous mettre en conformité avec la nouvelle réglementation Européenne. Cela impacte la collecte des emails dans vos newsletters, vos formulaires de contacts, les cookies du site et de nombreux autres paramètres.

6. Mettre au placard la notion de design responsive

Plus aucun site ne peut se payer le luxe de négliger la navigation sur mobile ! L’année dernière, la barre des 50% d’utilisateurs sur smartphone a été franchie. Un design responsive ou « design adaptatif »s’adaptant à l’interface de consultation, est indispensable. C’est d’autant plus vrai que les algorithmes de Google prennent cette caractéristique en compte pour le référencement de votre site.

blog2

7. Précipiter la sortie

S’il est impératif de suivre l’évolution du projet au plus près, il convient aussi de ne pas précipiter la sortie. La refonte d’un site Web peut prendre du temps, en particulier si de nouvelles fonctionnalités complexes doivent être implémentées. Prenez le temps d’une phase de test (recettes) et de relire l’ensemble de vos pages pour ne pas laisser de fautes d’orthographes.

8. Ne pas prendre en compte les réseaux sociaux

A l’heure où le tiers de l’humanité dispose d’un compte Facebook et fréquente quotidiennement les réseaux sociaux, aucune entreprise ne peut négliger la promotion de ses produits et de ses contenus sur ces supports ! C’est pourquoi la refonte de votre site devra intégrer cette problématique dès sa conception. Cela passe notamment par des boutons facilitant le partage, des accès à votre page sur tel ou tel réseau social, l’intégration d’un fil d’actualité…

9. Négliger l’ajout d’un blog

A quoi sert un blog professionnel quand on a déjà un site Internet ? Il vous permet de tenir un discours moins institutionnel et moins orienté sur vos produits. Il peut montrer votre expertise dans votre domaine, créer de la confiance en votre savoir-faire et aussi favoriser les interactions avec vos clients ou futurs prospects. En plus, c’est bon pour le référencement grâce aux backlinks ou liens retours !

10. Parler de soi plutôt que parler du client

Le « bon vieux temps » où l’entreprise parlait d’elle-même est révolu ! Désormais, il est primordial d’orienter son discours vers le besoin du client, de parler de lui, au risque de voir ce dernier se tourner vers la concurrence. Ainsi, la fameuse partie « Qui sommes-nous », souvent placée en début de menu, peut trouver sa place au bout du menu, voire en pied de page.

11. Ne pas faire vivre le site

Votre travail ne s’arrêtera pas une fois que votre nouveau site sera mis en ligne. Un site qui ne vit pas est un site qui génère de moins en moins de trafic, voire qui nuit à votre image. Astreignez-vous à publier à rythme régulier, même une fois tous les 15 jours, afin de montrer à vos clients et aux moteurs de recherche qu’ils peuvent venir consulter régulièrement. Cela peut être l’annonce de la sortie d’un nouveau produit, une étude de cas, votre présence sur un salon.

Vous voilà partis sur de bonnes bases, n’hésitez pas à nous soumettre d’éventuelles ajouts ou questions !

À propos : Alexandre Chartier

Après diverses expériences dans le domaine de la presse et le marketing, Alexandre a monté son agence de marketing et de communication en 2009.
Il a produit de nombreux sites Web à destination d’associations, de TPE et PME. Son travail repose sur une approche globale du besoin client.

CATALOGUE 2020

200 FORMATIONS EN LIGNE POUR SE PRÉPARER AU MONDE DE DEMAIN

En cliquant ci-dessus sur "Télécharger", vous acceptez nos conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés
Articles Invités

Refondre son site web en 5 étapes

Articles Invités

Les 4 questions à vous poser avant de vous lancer dans la réalisation de votre site web

Stratégie Marketing

Comment démarrer une boutique en ligne ?

InDesign Appliqué au Web MarketingPhotoshop Appliqué au Web MarketingWeb Design

Web design : 5 règles de conception « Customer Centric »