BREAKING NEWS /// Salariés au chômage partiel : l’État peut financer jusqu’à 100 % les coûts de la formation en ligne !

En comprenant les nuances de la recherche vocale, les spécialistes du marketing peuvent mieux aider les chercheurs à trouver exactement ce qu’ils recherchent lorsqu’ils le demandent par la voix.

Rappelez-vous les débuts du SEO mobile, beaucoup de gens pensaient que le comportement de recherche mobile serait complètement différent du comportement de recherche desktop, pour en fait s’apercevoir que c’était en grande partie la même chose. Cela étant dit, il existe de très bonnes raisons de vouloir des données de recherche vocale. L’optimisation pour la recherche vocale nécessite des tactiques légèrement différentes de celles du référencement traditionnel, et avoir un aperçu de ces requêtes pourrait vous aider à fournir une meilleure expérience pour ceux qui cherchent par la voix.

Vous n’êtes pas convaincu ? Vous pensez que vous ne devriez pas vous préoccuper de la recherche vocale ? Voici trois bonnes raisons de la faire :

1. Plus de visibilité sur les extraits de site

Une des choses intéressantes à propos de Google Home est que lorsqu’il répond à une question avec des informations sur le web, il cite la source de l’information en disant le nom du site, et il envoie souvent un lien vers l’application Google Home du chercheur.

Actuellement, Google Home et l’Assistant Google lisent des extraits de sites classés à la « position zéro » et auxquels un extrait de contenu a été attribué. C’est d’ailleurs pour cela que les spécialistes du référencement parlent de la façon d’optimiser les extraits de code. Si vous regardez les articles publiés sur le sujet (en fonction de ce que Google a indexé), vous verrez que le nombre d’articles sur l’optimisation des extraits sélectionnés a augmenté de 178% l’année dernière :

rise-of-featured-snippet-optimization-articles-in-2017

La compréhension des requêtes de recherche vocale peut aider à mieux comprendre les types de requêtes qui font surface. En tant que spécialistes du marketing, vous pourriez alors consacrer du temps et des ressources à fournir la meilleure réponse pour les extraits les plus courants dans l’espoir d’être promus à la position zéro.

Cela permet aux spécialistes du marketing de renforcer la crédibilité de leur marque lorsque Google lit leur meilleure réponse au chercheur, ce qui peut générer du trafic vers le site à partir de l’application Google Home.

Et cela aide Google lorsque les extraits proposés fournissent de bonnes réponses et que le chercheur est satisfait des résultats Google Home. Plus le service est performant, plus les consommateurs l’utilisent, et plus ils achètent un plus grand nombre d’unités Google Home ou de téléphones Android, car ils pensent que le service en vaut la peine.

Si des extraits non performants sont détectés, car aucun utilisateur n’essaie d’optimiser ces requêtes, ou si aucun extrait n’est trouvé et que l’unité Google Home doit s’excuser de ne pas être en mesure de répondre à cette requête, Google perd potentiellement des parts de marché sur Amazon.

Ainsi, pour vous aider à atteindre cette fameuse position 0, vous avez besoin de savoir quels types de requêtes déclenchent souvent les snippets de la recherche vocale, et c’est pourquoi nous avons besoin de ces données dans Search Console aujourd’hui.

2. Répondre à la demande des consommateurs et à l’intention des requêtes en fonction du contexte

Deux choses importantes se sont produites dans les premiers jours du SEO mobile lorsque les requêtes de bureau et mobiles ont été comparées:

  • Les chercheurs ont souvent utilisé les mêmes mots clés dans la recherche mobile que dans la recherche sur ordinateur; cependant, certains mots-clés étaient beaucoup plus souvent utilisés sur la recherche mobile que sur la recherche sur ordinateur (et vice versa).
  • De nouvelles catégories entières de requêtes sont apparues au fur et à mesure que les chercheurs réalisaient que le GPS et d’autres fonctionnalités de recherche mobile pouvaient leur permettre d’utiliser des requêtes qui ne fonctionnaient tout simplement pas dans la recherche sur ordinateur.

Un exemple du premier point est une requête du type « horaires magasin », qui atteint son point culminant lorsque les clients se dirigent vers les magasins :

Source : Think with Google

Source : Think with Google

Un autre exemple sont les requêtes « proche de moi », qui ont considérablement augmenté avec la recherche mobile et se produisent principalement sur les téléphones mobiles :

Source : Think with Google

Source : Think with Google

Le mode de recherche modifie donc le comportement de recherche, car les chercheurs comprennent quels types de recherches fonctionnent bien sur les appareils mobiles, mais pas sur les ordinateurs de bureau.

Considérez ceci dans le contexte de la recherche vocale. Certains types de requêtes ne fonctionnent que sur Google Home et Google Assistant. « Parlez-moi de ma journée » en est une. Nous pouvons en deviner d’autres, mais si nous avions des données de recherche vocale étiquetées, nous n’aurions pas à le faire.

Comment cela serait-il utile aux spécialistes du marketing et aux propriétaires de sites ? Cela reste difficile à dire avec exactitude sans regarder les données, mais considérez le contexte dans lequel quelqu’un pourrait employer la recherche vocale : se rendre au centre commercial pour acheter un cadeau de noël ou demander à Google Home si un magasin dans la rue est toujours ouvert. Est-ce que le chercheur dit toujours: «Heures d’ouvertures du commerce Y ?» ou quelque chose comme: «OK Google, donnez-moi les heures d’ouverture du commerce Y au centre commercial local ?» ou même, «À quelle heure le commerce Y est-il ouvert ? »

Dans ce cas, Google doit prendre en compte toutes ces requêtes, mais dans certains cas, il peut y avoir des différences significatives entre le comportement de recherche vocale et le comportement de recherche type, qui affecteront la façon dont un propriétaire de site optimise une page.

Google nous a dit que les recherches vocales sont différentes, en ce sens qu’elles sont 30 fois plus susceptibles d’être des requêtes d’action que des recherches dactylographiées. Dans de nombreux cas, ceux-ci ne peuvent pas faire l’objet d’une action commerciale ; mais dans certains cas, ils le feront. Et afin de modifier correctement notre contenu pour se connecter avec les chercheurs, nous devons d’abord comprendre les différences.

Nous savons qu’il existe des requêtes comme « Hey Google, parler à Dustin de Stranger Things » et « Acheter l’eau pétillante Lacroix sur Target », qui vont donner des résultats complètement différents dans la recherche vocale sur Google Home et Assistant à partir des résultats traditionnellement donnés. Et ces requêtes, comme les requêtes « horaires de magasin », sont susceptibles d’être beaucoup plus recherchées par la recherche vocale que par la recherche traditionnelle.

Le problème est, comment pouvons-nous trouver ce « près de moi » de la recherche vocale si nous n’avons pas les données ?

3. Comprendre l’étendue de la publicité et le potentiel d’optimisation pour les nouveaux médias basés sur la voix

Comme pour la recherche sur mobile à ses débuts, nous ne savons pas encore combien de personnes utilisent la recherche vocale dans Google Home et Google Assistant. Nous ne pouvons donc pas encore savoir quelle est l’ampleur de cette opportunité, ni à quelle vitesse elle augmente. La recherche vocale est à l’étape des «adopteurs précoces» du cycle de vie de l’adoption de la technologie, et les optimisations qui y sont apportées ne sont pas susceptibles d’atteindre un auditoire général pour le moment. Comme nous ne disposons pas de données contraires de Google ou d’Amazon, nous devrons rester avec cette hypothèse et investir à une date ultérieure, lorsque l’impact de cette technologie sur le marché entraînera probablement un retour significatif sur investissement.

Si nous avions ces données de Google, nous serions en mesure de les utiliser pour justifier l’adoption précoce et l’investissement plutôt que d’utiliser uniquement des données d’enquête. Google n’a pas encore monétisé la recherche vocale de manière significative, mais lorsque la publicité apparaîtra sur Google Home, ce type d’analyse deviendra encore plus essentiel.

Certes vous pouvez faire de l’optimisation sans savoir quelles interrogations sont des requêtes de recherche vocale, tout comme vous avez pu faire de l’optimisation mobile sans savoir quelles requêtes étaient mobiles; Pourtant, comprendre les nuances de la recherche vocale aidera Google et les spécialistes du marketing à mieux aider les chercheurs à trouver exactement ce qu’ils recherchent lorsqu’ils le demandent par la voix.

Source : https://searchengineland.com

CATALOGUE 2020

200 FORMATIONS EN LIGNE POUR SE PRÉPARER AU MONDE DE DEMAIN

En cliquant ci-dessus sur "Télécharger", vous acceptez nos conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés
Référencement NaturelRéférencement Naturel AvancéROI & Web AnalyticsSearch Marketing

Prochaine mise à jour de l'algorithme Google : préparez-vous !

Interviews

"Il était nécessaire pour moi de trouver une solution 100% en e-learning, afin de concilier mon souhait de formation et mes activités en cours avec des horaires flexibles" - Daphné Frappé, PDG Leboncourtier

Articles Invités

Refondre son site web en 5 étapes

Articles Invités

SEO et qualité de traduction : un enjeu majeur pour le référencement