BREAKING NEWS /// Salariés au chômage partiel : l’État peut financer jusqu’à 100 % les coûts de la formation en ligne !
Articles Invités

Bonnes pratiques de l’e-mailing : comment améliorer ma délivrabilité ?

La délivrabilité est un concept primordial dans votre stratégie e-mailing. Ce terme désigne la capacité de vos e-mailings à atteindre, dans de bonnes conditions, la boîte de réception des messageries électroniques de vos destinataires.

Les processus de filtrage des e-mailings étant de plus en plus sophistiqués, la délivrabilité est un réel enjeu économique pour vos campagnes. Un message non-délivré ne peut générer ni clic, ni ouverture, rendant votre stratégie et vos efforts marketing inefficaces.

Source : licence-mci.fr

Segmenter et qualifier votre base de données

La segmentation et la qualité des adresses e-mails jouent un rôle prépondérant dans la délivrabilité de vos campagnes. Il convient de porter une attention particulière aux points suivants : 

  • la segmentation de la base
  • les techniques de recrutement 
  • le traitement des mails rejetés (bounces)

Désigner le bon émetteur

Votre nom d’expéditeur doit permettre une identification claire par le destinataire. Il est conseillé d’utiliser toujours la même adresse d’émetteur afin d’être identifié par le webmail de l’utilisateur.

Optimiser l’objet pour améliorer votre taux d’ouverture

L’objet est un élément important pour susciter l’intérêt et provoquer des ouvertures. Il doit avoir une longueur maximale de 50 caractères (espaces compris), 35 dans l’idéal en plus d’être clair et accrocheur. Il ne doit pas être en majuscules, utiliser des mots à connotation Spam et comporter des caractères spéciaux.

Être attentif à la composition de son e-mail

Afin de ne pas être authentifié comme spammeur, il est conseillé que le ratio images / texte soit de 40 / 60. Il est fortement déconseillé d’utiliser une seule image.

Surveiller les dimensions et le poids de votre e-mail

La largeur du message ne doit pas dépasser 650 pixels. Cela permettra d’assurer un meilleur affichage de l’e-mail sur les petits écrans et lors de la prévisualisation de l’e-mail dans les messageries.

L’e-mail ne doit pas dépasser 25 ko hors image, 150 ko avec images.

Source : email-designer.net

Bien choisir ses images et ses couleurs

Il est important de bien préparer ses images en respectant quelques règles simples afin qu’elles n’alourdissen,t pas votre e-mail et qu’elles soient conformes au rendu souhaité :

  • Les images ne doivent pas être lourdes, pour éviter un temps d’affichage trop long lors du téléchargement. 
  • Le mode colométrique est obligatoirement en RVB.
  • Les images sont à nommer (« Alt ») avec une appellation significative, ne comprenant ni accent, ni caractère spécial.
  • Il est important de télécharger les images directement à la bonne taille, car elles ne sont pas redimensionnées automatiquement par certains webmails.

Les couleurs recommandées sont un fond clair et des polices foncées. Si vous choisissez d’autres couleurs, attention à la visibilité et au contraste.

Utiliser un éditeur de mail responsive pour que votre message s’affiche correctement sur tous les appareils.

Pour que votre message s’affiche correctement sur tous les appareils, il est nécessaire que vos emails soient en responsive design. Pour cela, appuyez-vous sur un éditeur de mail capable de construire des emails qui s’adaptent automatiquement sur tous les écrans.

Soigner votre header et votre footer : tout ce qu’il ne faut pas oublier…

Le header

Deux éléments essentiels doivent être présents au niveau du header :

  • La page miroir est une copie exacte de votre emailing hébergée sur une page web. Intégrer un lien externe vers cette page permet aux destinataires de lire votre message lorsque l’affichage dans la messagerie n’est pas correct.
  • Les instructions d’ « ajout au répertoire de contact » pour encourager les destinataires à vous ajouter dans leur carnet d’adresses.

Le footer

Le footer doit intégrer les éléments suivants :

  • Le lien de désabonnement 
  • Les informations sur votre entreprise : Adresse, URL du site web…
  • La déclaration à la CNIL et les mentions légales.

N’oubliez pas de tester votre message avant de l’envoyer à toute votre liste de contacts

La validité de votre e-mailing peut être testée en le confrontant aux normes W3C.

N’oubliez-pas de réaliser des envois tests via différentes messageries et sur différents types d’écrans (mobile).

Les tests réels restent l’un des meilleurs moyens de vérifier l’affichage, le bon encodage et la délivrabilité de votre e-mailing !

Certaines plateformes proposent de tester en ligne sur différents écrans / messageries : Email on Acid ou Mail Tester.

Et ensuite ?

Ça y est votre campagne est envoyée !

Consultez les statistiques de votre campagne et analysez les statistiques de délivrabilité de votre campagne (remis/non remis, cliqueurs, ouvertures, inscrits, téléchargements…) afin d’améliorer vos prochains envois.

J’espère que toutes ces bonnes pratiques vous permettront de devenir un pro de l’e-mailing.

À propos : Marianne Dachicourt

Prête à tout pour que votre e-mailing arrive entier et avec style dans les boîtes aux lettres de vos destinataires, Marianne vous prodiguera ses meilleurs conseils.

CATALOGUE 2020

200 FORMATIONS EN LIGNE POUR SE PRÉPARER AU MONDE DE DEMAIN

En cliquant ci-dessus sur "Télécharger", vous acceptez nos conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés
Actualités Blog

Guide Email Marketing - Conception de vos campagnes emailing : Gros plan sur les "Do's & Don'ts"

Articles Invités

Les emails transactionnels
sont-ils sous exploités ?

E-CRMEmail MarketingLa Relation Client DigitaleRelation Client Digitale

Email marketing : 12 bonnes pratiques pour des newsletters performantes

E-CRMEmail MarketingLa Relation Client DigitaleRelation Client Digitale

Email marketing : 50 bonnes pratiques d'automatisation