BREAKING NEWS /// Le FNE continue et finance jusqu’à 80% de votre formation ! 

Digital brand contentÉcrire pour les Réseaux SociauxÉcriture WebWeb et Contenu

Ecriture web : qu’est-ce qui différencie une bonne écriture d’une mauvaise

«Les bons communicants se rendent intelligents. Les grands communicants rendent leur public intelligent. », Adam Grant de Wharton, professeur et auteur.

Les mots de Grant rappellent qu’il est important de respecter un niveau d’écriture compréhensible par le plus grand nombre, sans pour autant tomber dans la vulgarisation de son discours. Il s’avère que les auteurs les plus populaires ont tendance à écrire à un niveau de lecture inférieur à celui dont ils pourraient se servir.

Ce genre d’écriture est populaire tout simplement car une bonne écriture permet d’avancer. Si vous n’avez pas à chercher des mots ou à réfléchir en lisant, vous tournez les pages plus rapidement et vous en profitez davantage, même si vous pouvez lire des textes plus avancés.

Mais la citation de Grant nous pose aussi la question de connaitre ce qui différencie un texte intelligent et intelligible d’un contenu vraiment mauvais écrit à des niveaux de lecture inférieurs. Alors, qu’est ce qui fait la différence ?

Source SHANESNOW

Source SHANESNOW

La pire écriture à tendance à abrutir le lecteur. Dans ce scénario, l’auteur ne connaît pas son public. Une rédaction trop simpliste ou condescendante est légèrement plus acceptable. Ces mots peuvent faire l’objet d’un rejet mais au moins, les lecteurs ne perdent pas trop de temps.

Puis vient l’écriture qui nous rend plus intelligents, meilleurs, même si la lecture est difficile. Divers manuels universitaires peuvent le prouver.

Alors, comment faire en sorte que les lecteurs se sentent intelligents ? Enseignez-leur quelque chose de nouveau. Mais faites-le d’une manière agréable.

Vous n’avez qu’à vous inspirer des contenus rédigés qui se partagent autour du monde, ces articles qui deviennent viraux et des livres devenant des best-sellers ; vous remarquerez qu’ils vous rendent simultanément intelligent et plein d’énergie. Ils ne sont pas une corvée et peuvent même donner aux lecteurs des « anecdotes de comptoir » qu’ils seront fiers de partager.

Les meilleurs livres pour enfants s’inscrivent également dans le quadrant supérieur droit du diagramme. Les livres qui sont faciles à lire tout en aidant les enfants à apprendre sont extraordinairement satisfaisants. Ce n’est pas une surprise qu’ils soient populaires.

Ce système est la raison pour laquelle Da Vinci Code s’est vendu à 80 millions d’exemplaires, malgré ses critiques. L’auteur a été raillé par d’autres écrivains pour sa prose simpliste et l’utilisation de clichés, mais devinez quoi ? Il est facile à lire. Et ses énigmes et ses rebondissements nous rendent intelligents quand nous les devinons à l’avance.

Que ces écrivains populaires y pensent ou non, ils comprennent le point de vue de Grant : la communication devrait concerner le public, pas nous.

Aucun public ne veut travailler plus que nécessaire. Et personne ne veut se sentir stupide. Les audiences ne se soucieront pas de votre intelligence si vous les faites se sentir stupides. Pourtant, nous pensons souvent que c’est notre travail de le faire. Nous utilisons donc de grands mots. Nous rendons les choses compliquées. Et puis nous freinons notre portée potentielle. Comme Grant l’a dit, « Ce n’est pas à propos de vous. C’est à propos d’eux. »

Un des exemples à suivre est celui de Tim Urban, qui rédige sur le blog populaire WaitButWhy. Il se moque de la sagesse conventionnelle au sujet de courts intervalles d’attention, choisissant de publier des articles de blog de 10 000 mots sur des sujets tels que le fonctionnement de l’intelligence artificielle, la cryoconservation et le téléchargement de nos cerveaux sur les ordinateurs. Ce sont des choses intenses, mais il a des millions de lecteurs fidèles. C’est parce qu’il explique ces sujets difficiles en utilisant un mélange d’humour, d’analogies claires et de bandes dessinées fait-main qui simplifient la compréhension.

A titre de comparaison, c’est comme battre un niveau difficile sur un jeu vidéo au premier essai. Personne ne se soucie de savoir comment le concepteur de jeux vidéo est intelligent. Nous nous soucions seulement de savoir si nous aimons le jeu.

Source : https://contently.com/

CATALOGUE DE FORMATIONS

200 FORMATIONS EN LIGNE POUR SE PRÉPARER AU MONDE DE DEMAIN

En cliquant ci-dessus sur "Télécharger", vous acceptez nos conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles associés
Articles Invités

Pourquoi utiliser des emojis dans vos actions marketing ?

Articles Invités

3 nouvelles tendances marketing digital
à ne pas ignorer

Articles Invités

Professionnels du marketing digital : lancez-vous dans l’écriture !

Articles Invités

Lancer votre blog personnel en quatre étapes !